Hausse des acquisitions européennes mais stagnation des introductions en bourse - Embedded.com

Hausse des acquisitions européennes mais stagnation des introductions en bourse

LONDRES — Le nombre d’acquisitions au sein du secteur technologique européen au troisième trimestre 2005 a dépassé le chiffre record du premier trimestre 2000, selon les dernières analyses d’European Technology Acquisition Review de Regent Associates.

La revue trimestrielle suit l’activité des fusions et acquisitions de dix secteurs technologiques européens et offre un indicateur des tendances de ces derniers.

De juillet à septembre 2005, 820 acquisitions ont été annoncées, dépassant le précédent chiffre record de 781 au 1er trimestre 2000. Le troisième trimestre a connu une hausse de 12 % par rapport aux 733 transactions du 2ème trimestre 2005 et de 32 % en glissement annuel.

Selon Peter Rowell, président de Regent Associates, « Cette période est la dernière d’une suite ininterrompue de dix trimestres où le nombre d’accords n’a cessé d’augmenter. Chaque fois que nous pensons avoir atteint un seuil infranchissable, le trimestre suivant nous détrompe. »

La valeur cumulée du 3ème trimestre 2005 se chiffrait à 71,5 milliards de dollars, soit 34 % de plus qu’au 2ème trimestre (53,5 milliards de dollars) et plus du double par rapport au même trimestre 2004. Ces chiffres ont été atteints grâce à certains accords de plusieurs milliards de dollars tels que l’acquisition de la société de services d’information IMS Health par VNU, la fusion des deux principaux câblo-opérateurs britanniques NTL et Telewest, ainsi que l’acquisition du spécialiste de voix sur IP Skype par eBay.

Peter Rowell a ajouté : « Aussi fascinantes que ces valeurs puissent paraître, nous sommes bien loin des chiffres extravagants atteints à la fin des années 90. Ces derniers étaient motivés par la médiatisation et l’espoir qui provoquèrent l’inévitable crash dont l’industrie vient juste de se remettre. Les valeurs actuelles se fondent sur l’analyse minutieuse par les acquéreurs des opportunités du marché, les menaces de la concurrence et le réel intérêt de la technologie et des services connexes. »

Le marché des introductions en bourse, quant à lui, reste peu réjouissant cette année. Malgré de nombreuses discussions et les intentions claires de beaucoup d’entreprises, il n’y a eu que 64 introductions au cours des neuf derniers mois. À titre de comparaison, 367 introductions en bourse avaient été réalisées à la même époque en 2000.Peter Rowell a signalé que « Les acquisitions sont principalement motivées par les dirigeants industriels, qui sont proches du marché et savent interpréter les signes prometteurs. Les introductions en bourse sont le fait d’investisseurs, et un grand nombre d’entre eux n’a toujours pas digéré le séisme passé. Ils doivent encore se convaincre que ce marché est une source d’investissements rentables. »

Les acquisitions se sont particulièrement multipliées en Europe de l’Est et en Europe centrale (+79 % par rapport à la même époque l’an passé). Les pays méditerranéens (Espagne, Portugal, Grèce et Israël) ont également été le théâtre d’une forte hausse. Du côté achat, les trois régions que nous mentionnons ci-après représentent 58 % du total des accords.

Les sociétés au Royaume-Uni et en Irlande comptabilisent 28 % de tous les achats réalisés au cours de ces neuf derniers mois, confirmant ainsi la tendance de cette région depuis plus de dix ans. En revanche, les achats au Danemark, en Finlande, en Norvège en Suède sont passés en l’espace de trois ans de 10 à 18 % du total.

Les sociétés nord-américaines représentent 14 % du nombre total de transactions réalisées au cours des six premiers mois de l’année puis seulement 9 % au 3ème trimestre.

Le secteur à la plus forte hausse est celui des équipements de télécommunications. Il a fait un bond de 74 % alors que le nombre d’accords de services, dans ce même domaine, a timidement augmenté et ce, malgré des signes de consolidation très clairs dans les segments de l’hébergement et de la prestation de services Internet.

Peter Rowell a ainsi conclu : « Il semble que les activités basées sur des droits de propriété intellectuelle connaissent une grande envolée. Les équipements de télécommunications, les médias électroniques et les contenus ont tous des droits de propriété intellectuelle élevés. Les sociétés plus importantes bénéficiant de plus d’entrées sur le marché cherchent à dépasser les taux de croissance actuels en promouvant un plus grand nombre de produits dans leurs canaux de distribution. »

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.